IRLANDE DU NORD

L’Irlande du Nord en quelques dates-clés

juin 12, 2019

Quand on entend « Irlande du Nord », on pense « guerre civile », « conflit », « bloody sunday »… On s’imagine un pays en perte de vitesse. Pour être honnête, l’Irlande du Nord n’était pas sur notre liste de pays à découvrir. On avait eu vent de certains problèmes qui persistaient du côté de Londonderry, Belfast nous semblait lointaine, industrielle et portant encore les stigmates des attentats de 1972… Pas très engageant.

Mais comme on n’aime pas rester sur des a priori, on s’est renseigné en faisant pas mal de recherches. On a commencé à comparer et recouper des articles de blogs et de sites touristiques. De fil en aiguille, on a planifié notre itinéraire surtout après avoir découvert que la série Game Of Thrones avait été tournée là-bas. Ça peut paraître futile, mais grâce à ça, on s’est décidé à inclure l’Ulster dans notre road-trip.

À bien y réfléchir aujourd’hui, on aurait loupé un truc car l’Irlande du Nord est riche de paysages à couper le souffle, Belfast est surprenante et les Nord-Irlandais sont aussi chaleureux et accueillants que leur voisins du sud.

Avant de vous raconter notre road-trip dans la région, on a décidé de vous faire un petit topo sur l’Ulster ainsi qu’un petit rappel des évènements liés au conflit nord-irlandais.

Irlande du Nord : Carte et drapeau

L’Irlande du Nord / Ulster est l’une des quatre régions qui compose l’Irlande. Elle compte environ 2 millions d’habitants répartis dans six comtés. Ses villes principales sont Belfast, désignée capitale d’Irlande du Nord en 1922 et Derry.

L’Ulster Banner voit le jour au Vème siècle. La main rouge en son centre représenterait la main ensanglantée du Roi d’Ulster. Sympathique. En effet, la légende raconte qu’une course aurait été organisée dans l’unique but de trouver un nouveau souverain car le trône d’Ulster était alors vacant… On offrirait la couronne au premier qui parviendrait à toucher la rive de sa main.
Lorsque la course débuta, l’un des participants aurait eu l’ingénieuse idée (mouais…) de se trancher la main, la lancer vers la côte afin qu’elle touche la rive et ainsi gagner la couronne !

De nos jours, l’Ulster Banner n’est plus utilisé comme drapeau officiel depuis la chute du Parlement nord-irlandais en 1972. Il a été remplacé par l’Union Jack car il reste associé aux unionistes et aux conflits ayant secoué la région…

Comprendre le conflit nord-irlandais

Le Traité de Londres

Pour comprendre le conflit, il faut revenir quelques années en arrière. Le 21 décembre 1921, Irlande et Angleterre ratifient le Traité de Londres qui officialise la création d’un Etat libre d’Irlande. Ce traité fait suite à l’insurrection de Pâques de 1916 contre l’occupation britannique sur le territoire irlandais. En gros, ce qu’on appelle Etat libre d’Irlande, c’est l’actuelle République d’Irlande dont la capitale est Dublin. En revanche, l’Irlande du Nord demeure sous l’emprise du Royaume-Uni.

Le traité de Londres en quelques points, c’est :

  • L’autorisation par le gouvernement britannique de créer un Etat libre d’Irlande ayant le statut de dominion (en clair on est pas si indépendant que cela puisqu’on reste sous la souveraineté de la couronne britannique) ;
  • Le retrait des troupes britanniques du territoire irlandais ;
  • Prêter allégeance à la couronne britannique (d’où le statut de dominion expliqué plus haut) ;
  • Régler une partie de la dette du Royaume-Uni liée à la Seconde Guerre Mondiale ;
  • Céder l’Irlande du Nord au Royaume-Uni.

Entre-temps, la guerre civile éclate en Irlande…

En 1931, l’Etat Libre d’Irlande devient officiellement République d’Irlande, autonome et indépendante (pour de vrai cette fois-ci !). Tous les points du traité sont révoqués… ou presque. Eh oui, le Royaume-Uni entend bien garder la mainmise sur l’Irlande du Nord. C’est là le point de départ du conflit qui va débuter dans les années 60.

Les Troubles

Quelques mots-clés avant de poursuivre :

  • Royal Ulster Force : Milice britannique constituée à 90% d’unionistes et de protestants ;
  • Ulster Volunteer Force : Groupe paramilitaire loyaliste en faveur du maintien de l’Irlande du Nord dans le Royaume-Uni ;
  • IRA ou Irish Republican Army : Organisations paramilitaires luttant contre la domination britannique en Irlande du Nord.

Août 1968 : les discriminations anti catholiques secouent l’Irlande du Nord. En guise de protestation, les catholiques organisent une marche pacifiste mais la Royal Ulster Force ne l’entend pas de cette oreille. La marche est considérée comme illégale et les violences pleuvent contre les manifestants. Malgré tout, les catholiques continuent leurs rassemblements pacifistes. L’Ulster Volunteer Force entre à son tour dans la danse et attaque de plus en plus violemment les manifestants…

16 août 1969 : les quartiers catholiques de Belfast se soulèvent et les protestants ripostent en incendiant plus de 160 habitations faisant huit morts et 300 blessés.

Bloody Sunday et Bloody Friday

Le dimanche 30 janvier 1972, une énième marche catholique pacifiste est organisée. Seulement cette fois, c’est une véritable boucherie car l’armée britannique tire à balles réelles sur les manifestants. Le bilan est extrêmement lourd et fait état de 14 morts et d’une centaine de blessés. Six mois plus tard, en réponse au « Dimanche Sanglant », l’IRA dissémine 22 bombes au hasard dans Belfast, tuant des nord-irlandais de toute confession… C’est ce qu’on appelle le Bloody Friday.

Grèves de la faim et processus de paix

Dès 1980, l’IRA organise de nombreuses grèves de la faim dans les prisons afin de sensibiliser l’opinion internationale au conflit nord-irlandais. L’activiste Bobby Sands décède le 5 mai 1981 des suites de son jeûne. La première ministre Margareth Thatcher ne fera aucune déclaration à ce propos. Ce triste évènement se mue en scandale international et la cause nord-irlandaise est (enfin !) mise en lumière.

Le 10 avril 1998, Irlande du Nord et Angleterre signent les Accords du Vendredi Saint visant à instaurer un véritable processus de paix. Lorsque les différents groupes paramilitaires rendent les armes, c’est la fin des Troubles.

Enfin, le 8 mai 2007, un gouvernement régional d’union regroupant une majorité protestante et une minorité catholique est formé.

Murals « Time for Peace », Northern Ireland

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply